FESTIVAL DU PERIGORD NOIR

Rencontre avec Véronique IACIU

Chaque été depuis 35 ans, le Festival du Périgord Noir propose une quarantaine de concerts réunissant stars internationales et jeunes talents du classique et du jazz dans les plus beaux sites patrimoniaux du Périgord Noir.

Afin de mieux comprendre comment s’organise une saison au Festival, nous avons rencontré Véronique IACIU, sa directrice artistique depuis plus de 20 ans.
Un entretien chaleureux dans lequel Véronique nous fait partager sa passion pour son métier… et la musique ! À découvrir ici

À bientôt au Festival du Périgord Noir !

En savoir plus : www.festivalmusiqueperigordnoir.com

veronique-iaciu

CHRISTINE BOURCEY, PEINTRE ET SCULPTEUR

Atelier d’artiste…  

C’est par une pluvieuse journée de novembre que l’artiste Christine BOURCEY m’a accueillie dans son atelier, à Fleurines, un joli petit village de l’Oise en lisière des forêts domaniales de Senlis.
À peine le portail franchi, et en dépit de la grisaille automnale, je fus séduite par le charme du lieu : une fermette et ses dépendances, une pergola, quelques cabanons et un coquet jardin. Ça et là, des tables colorées ont été disposées sur la pelouse, invitant à une pause bucolique.
Après avoir longtemps rêvé et cherché l’endroit qui lui conviendrait, Christine a trouvé son bonheur en 2001, à quelques kilomètres de sa maison senlisienne. Après une petite année dédiée aux travaux de rénovation et d’aménagement, l’atelier de Christine était devenu sien, tout était à sa place pour en faire un lieu de travail, de partage et de rencontres.

L’atelier, un creuset
Lieu de solitude, de la musique compagne, lieu intemporel où l’être est parfois en adéquation avec lui même tout simplement, lieu de cette ouverture à un certain vide mental où l’acte de créer se niche, lieu du doute, de la perplexité, des évidences aussi, lieu de la foi. Christine BOURCEY

cbat8

cbat4L’atelier, très spacieux, présente un superbe volume ouvert sur deux niveaux, avec un toit chapelle de huit mètres de haut. L’artiste y peint ou modèle terre ou plâtre pour réaliser ses sculptures. Elle y expose également des toiles de très grands formats.

cbat5Au sol, Christine travaille longuement ses fonds. Un ingénieux système de poulies lui permet de manipuler ses toiles facilement. Les fonds étant composés de couches de couleurs successives, elle peut ainsi avancer sur deux oeuvres à la fois pendant leur phase de séchage. Christine fabrique elle-même ses peintures à base de pigments naturels.

2016-11-07-18-09-46La pergola, ouverte sur le jardin, accueille un lieu d’exposition permanent et un salon d’été. Christine y a installé quelques unes de ses créations. Une fois par an, en septembre, elle ouvre au public son atelier et le jardin en organisant une exposition collective. Elle y présente son travail et celui d’artistes invités dont elle apprécie la démarche créative. Les jours de vernissage, une formation de musiciens accompagne les visiteurs. L’événement est parrainé par le conseil régional des Hauts-de-France.

BIOGRAPHIE
Née en 1949 à Paris, Christine BOURCEY vit dans l’Oise (60). Diplômée de l’École Supérieure d’Arts Graphiques (ESAG) Met de Penninghen (Paris), elle a obtenu une licence d’arts plastiques en 71, suivi d’un Capes d’arts plastiques en 72. Elle démarre une carrière d’enseignante au collège de Louvres (95), puis rejoint le collège de Senlis à partir de 1977. Professeur d’arts plastiques, mère de famille, Christine BOURCEY poursuit néanmoins le dessin et la peinture à titre personnel et expose son travail pour la première fois en 1984, à Senlis. Depuis, les expositions, personnelles ou collectives, se succèdent très régulièrement, une à plusieurs par an, en galeries, salons, foires d’art contemporains, lieux privés ou culturels, en France comme l’étranger. En 2009, elle prend sa retraite d’enseignante et se consacre totalement à sa création : le dessin, la peinture et la sculpture, qu’elle a abordée il y a une vingtaine d’années. Sa principale source d’inspiration est l’Homme, sa destinée et le sens de son existence.

EN SAVOIR PLUS
http://www.christine-bourcey.com
Facebook : https://www.facebook.com/christine.bourcey
Twitter : @BOURCEY4

FONDS DE DOTATION DU PÉRIGORD NOIR

PAROLES DE MÉCÈNES

Rencontre avec Yves GUIRAUD
Mélomane, passioné d’art et d’histoire et fidèle adhérent du Festival du Périgord Noir, Yves GUIRAUD fut l’un des premiers mécènes du Fonds de dotation du Périgord Noir.
Rencontré en Périgord, où il séjourne plusieurs mois par an, il revient sur les motivations qui l’ont amené à soutenir le Fonds dès sa création en 2014.

> Lire l’entretien complet sur le site du Fonds de dotation du Périgord Noir, en cliquant ici.

yg1

 

FONDS DE DOTATION DU PÉRIGORD NOIR

Entretien avec Alain MOULINIER, secrétaire général du Fonds de dotation du Périgord Noir

Périgourdin d’origine, engagé auprès du Festival du Périgord Noir dès sa création en 1983, secrétaire général du Fonds de dotation du Périgord Noir, Alain MOULINIER est convaincu que la culture est un réel facteur d’attractivité pour les territoires ruraux. Rencontré au cœur de l’été, pendant le Festival, il nous a accordé un moment pour répondre à nos questions et nous expliquer sa vision.

> Lire la suite de l’entretien sur le site du Fonds de dotation du Périgord Noir, en cliquant ici.

am2b

FONDS DE DOTATION DU PÉRIGORD NOIR

Entretien avec Iñaki Encina OYÓN, nouveau directeur musical de l’Académie de musique ancienne du Périgord Noir

Cette année, la direction musicale de l’Académie de Musique Ancienne du Périgord Noir a été confiée au chef d’orchestre Iñaki Encina OYÓN, entouré d’une nouvelle équipe pédagogique, dont le violoniste Johannes PRAMSOHLER. Il succède ainsi à Michel LAPLÉNIE qui a dirigé l’Académie depuis sa création en 2002.

Pendant une dizaine de jours, Iñaki Encina OYÓN et les professeurs ont fait travailler une trentaine de stagiaires internationaux, chanteurs et instrumentistes, pour monter l’oratorio « San Giovanni BATITSTA », du compositeur romain Alessandro STRADELLA, une œuvre du répertoire baroque (1675) peu connue du grand public.

Quelques heures avant la seconde représentation donnée en l’abbaye de Saint-Amand-de-Coly, nous avons pu échanger avec Iñaki Encina autour de sa première expérience à la tête de l’Académie.

> Lire la suite de l’entretien sur le site du Fonds de dotation du Périgrod noir en cliquant ici 

ieo